Fenêtre Bibliotek


ADVENTURES OF SOLAR PONS


 

Auteur: August Derleth
Éditions: Futura Publications (1976)
233 pages
ISBN 0 8600 7280 0

Lors de mes recherches sur Sherlock Holmes pour les besoins de mon Dossier, j'ai tombé régulièrement sur le nom de Solar Pons, pastiche de Holmes créé par August Derleth, ami de Lovecraft. On dit que Derleth, grand amateur des enquêtes du détective de Baker Street écrivit à Conan Doyle afin de lui demander s'il prévoyait écrire de nouvelles aventures. Devant la réponse humoristique et on peut supposer négative du grand écrivain, il prit la décision d'écrire ses propres enquêtes. C'était l'automne 1928 et il était alors âgé de 19 ans.

Ainsi naquit Solar Pons. Les nouvelles ou les recueils de Derleth sont aujourd'hui excessivement difficiles à trouver. J'ai eu la chance tout récemment de mettre la patte sur THE ADVENTURES OF SOLAR PONS publié en 1976. C'est donc la première fois que je me plonge dans l'univers de Pons tel qu'imaginé par Derleth.

Je ne peux ici critiquer ou vous donner mes commentaires sur l'oeuvre complète de Derleth vu que c'est ma première expérience…. Mais lorsqu'on parle pastiche, on sous-entend copie ou pâle imitation. C'est le cas ici. En fait, les nouvelles qui composent ce recueil sont des emprunts presque directs à l'oeuvre de Conan Doyle. Jugez-en plutôt:

Le confident de Solar Pons est le Docteur Lyndon Parker. Ils logent au 7B - Praed Street et ils ont pour logeuse une dame du nom de Mrs. Johnson. Pons utilise les services d'une bande de gamins qu'il a surnommé les Praed Street Irregulars. Holmes possède en Moriarty son ennemi juré, Pons lui, fait face aux manigances du Baron Ennesfred Krol.

Et les nouvelles de Derleth emprunte largement à Doyle se permettant même de copier ou presque les intrigues des nouvelles du maître. Ainsi la nouvelle « THE ADVENTURE OF THE LOST HOLIDAY » où Solar Pons, à la demande du gouvernement britannique doit retrouver les plans Strong-Cressington ressemble étrangement à l'original de Doyle intitulé LES PLANS DU BRUCE PARTINGTON.

Mais la beauté de la chose est que Derleth ne s'est jamais targué d'être original ou supérieur à Doyle. Il s'agit ici de pastiches, point ! On remplace les noms de Holmes par Pons, Watson par Carter, etc. et le tour est joué. Donc, si comme August Derleth votre appétit pour les enquêtes du fameux détective de Baker Street ne se démentit pas, alors ces nouvelles histoires devraient vous charmer. Pour ma part, du moins en ce qui a trait à ce recueil, la ressemblance est trop flagrante pour réellement attiser ma curiosité ou mon intérêt.

3 juillet 2000

Johnny Hart

Ecrivez-moi!

Retour!