Fenêtre Bibliotek


LES PRÉSERVATEURS


 

Titre: Les Préservateurs
Auteur: William Shatner
Éditions: Fleuve Noir (2000)
255 pages
ISBN 2-265-06881-0

Voici le troisième volet de la trilogie qui avait débuté avec LE RETOUR DU VOYAGEUR et SOMBRE VICTOIRE. Et j'ai dû faire face ici au même problème qu'on rencontre toujours lorsqu'on lit une trilogie: Prendre le temps de renouer avec les personnages et l'intrigue tout au fil de la lecture des pages de ce nouveau roman de William Shatner.

Ce qui fait que je ne me suis guère amusé dans les cent premières pages alors que je tentais de résoudre le puzzle causé par ma mémoire déficiente. À la quantité de bouquins que je lis, il n'est pas toujours évident se de remémorer un livre plus qu'un autre. À moins que celui-ci ne vous ait marqué profondément comme LÉGENDE de David Gemmell par exemple.

En plus, et pour une des rares fois, Shatner se perd dans une énigme et des explications des plus complexes et je me suis senti perdu. Puis lentement, le tout se replace et on finit par trouver le fil du dénouement.

En résumé, une race d'extra-terrestres qu'on a nommé les Préservateurs manipulent les hommes et l'histoire et ce, depuis des millénaires. Et c'est ainsi que James Tiberius Kirk, double du fameux capitaine dans l'univers-miroir fait son apparition dans la nôtre afin de la conquérir. Mais Kirk, Picard et Compagnie ont déjoué ses plans. Mais un doute plane... Une organisation secrète de Starfleet, un mystérieux obélisque, la planète Halkan et les Ferengi et vous voilà face à un dilemne digne de Sherlock Holmes.

Encore une fois, Kirk, Picard et leurs compagnons seront prêts à tout afin de sauver notre univers. Mais à quel prix ? Un livre où la finale surtout nous tient en haleine sans relâcher sa prise.

LES PRÉSERVATEURS n'est pas le meilleur roman de Shatner mais il clôt cette trilogie alors sa lecture est évidemment recommandée. Pour ma part, je préfère lorsqu'un livre est complet par lui-même. Les suites ou les trilogies ou les longues sagas me donnent des cheveux gris et je ne tiens pas à en avoir plus qu'il ne faut !!!


12 mars 2001

Johnny Hart

Ecrivez-moi!

Retour!